Ruches en plastique : une bonne idée ?

ruche-plastiqueQue diriez-vous d’une ruche en plastique ? L’idée pourrait vous sembler absurde : comment peut-on associer les abeilles et leur miel, produit naturel par excellence, à une matière aussi polluante que le plastique ?

Sauf que le plastique qui a été utilisé pour les ruches Nicot, par exemple, n’a rien de polluant : il s’agit du polyéthylène Haute densité (PHD), une matière alimentaire, 100% recyclable.
Aux dires des professionnels, ces ruches, comparées à celles en bois, offrent plus de qualités que de défauts.

Les avantages des ruches en plastique

Un prix très compétitif qui défie de loin celui de la ruche en bois.

La résistance à l’effet du temps : la matière est increvable. Elle repousse les attaques des piverts, de teigne ainsi que les maladies qui obligent l’apiculteur à flammer ses ruches en bois jusqu’à parfois les brûler.

Un entretien facile et qui ne prend pas beaucoup de temps. Certains diront même que 15 mn suffisent pour tout nettoyer. Une véritable aubaine pour le professionnel qui n’aura plus besoin de flammer les ruches ni de les peindre, comme pour les ruches en bois. Un gain de temps et d’argent.

Les écarts de température : la ruche en plastique supporte bien le froid et la chaleur. Il suffit qu’une ruche en plastique soit bien nettoyée pour que les abeilles passent l’hiver calme. Alors que dans de vieilles ruches en bois, surtout si le bois tombe en poussière, elles seront mal protégées du froid. Et, à la sortie de l’hiver, les ruches plastiques chauffent plus rapidement que celles en bois (une différence de 15 jours). La température interne atteint rapidement les 35 à 36°, ce qui, en plus, empêche la varroa de se reproduire à son aise. Un temps précieux à gagner dans le démarrage.

Le nourrisseur : sa conception facilite la montée des abeilles au centre de la ruche et non sur la partie avant ou arrière, comme c’est le cas pour les nourrisseurs en bois.

– La translucidité des cabochons permet d’observer les cadres de la ruche, sans avoir à l’ouvrir.

– Le toit : étanche et léger. Pas besoin de le lester par des pierres, parce qu’il est verrouillé par des ergots internes.

– Le poids : à vide, une ruche plastique est 3 à 4 fois plus légère qu’une ruche en bois.

Les inconvénients des ruches plastiques

Les couleurs des ruches : elles sont peu variées, par conséquent, dans un grand rucher, les abeilles butineuses se trompent d’entrée de ruche.

Les hivers trop longs mettent à rude épreuve les ruches plastiques : avec les colonies qui se dépeuplent, le bois conserve mieux la chaleur que le plastique.

– Les poignées de transport : il manque des poignées à l’avant et à l’arrière, pour faciliter le transport manuel des ruches peuplées et chargées.

–  Sous un soleil de plomb et sans ombrage : les abeilles passeront leur temps à ventiler au lieu de travailler, sans oublier qu’elles risquent de mourir sous l’effet de la chaleur excessive.