Le décolletage entre héritage et vision future

Bien que le décolletage soit en l’état actuel un secteur fleurissant tant en France qu’en Europe en général, ce domaine a lui aussi connu des moments difficiles qui ont conduit à certaines améliorations. Voici donc un petit récapitulatif de ce qu’il s’est passé.

Le décolletage à ses débuts

En France, l’industrie du décolletage commence son histoire en 1720, dans le village de Saint-Sigismond niché dans les hauteurs de Haute-Savoie. Un artisan du nom de Claude Ballaloud s’y installe et commence à former les gens du coin à cette pratique.

Lié directement au monde de l’horlogerie, à cette époque le décolletage se pratique principalement l’hiver car l’été les agriculteurs et autre artisan devaient s’occuper des bêtes l’été. Plutôt réalisé de manière rustique, les personnes qui réalisent « les pièces » à l’époque le font avec de faibles moyens et un matériel assez précaire.

A partir du 19ème

C’est au courant du 19ème siècle que le décolletage prend une ampleur beaucoup plus large. Le décolletage qui jusqu’ici était principalement orienté pour l’horlogerie s’ouvre à de nouveaux secteurs tels que l’automobile ou l’armement. La France au début de ce siècle n’a pas encore une très bonne réputation et c’est à cette époque que comprenant l’importance de cette industrie, des pionniers vont proposer de former et d’éduquer au métier du décolletage.

L’idée est bonne au vu de l’évolution de cette technique grâce notamment à la croissance des secteurs de l’électricité, de l’électroménager et de l’électronique. Les décolleteuses évoluent aussi en passant d’un système à pédale à un système hydraulique. Ce qui permet à cette technique d’usinage de passer à un stade plus rentable.

Les aspirations pour le futur

Le gros boum du décolletage s’effectue durant la première guerre mondiale où cette pratique prendra une place des plus importantes sur le marché international. Mais bien entendu, la modernité passera par ce secteur aussi. Ainsi aujourd’hui, les salles prévues pour le décolletage ressemblent à de grands laboratoires pourvus d’ordinateurs et de machines presque futuristes. Ce qui tord le cou aux clichés d’ouvriers enfermés dans de grandes salle noires et travaillant à la chaine. Les pièces produites sont de plus en plus précises et disposent d’une qualité qui permet d’envisager de plus grandes ambitions.

En France en tout cas, le discours est clair et les employés du secteur travaillent dur pour s’offrir une plus grande part du marché au niveau mondial et conquérir de nouveau horizon.